Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer

Ecrit par

Courrez tous à Cuba, avant que Cuba ne change trop ! Ce sera un voyage inoubliable. Par contre, il faut bien vous préparer : voici cinq conseils pour ne pas se faire avoir.

Les touristes à Cuba sont comme des "vaches au lait". Ce sont les seules personnes qui ont les ressources permettant aux Cubains de vivre une vie confortable. Parce que dans la vie de tous les jours, ils souffrent de la misère. Les personnes qui ont affaire avec les touristes (casas particulares, guides, organisateurs d'excursions, taxis, etc.) et ont la liberté de frauder le fisc, peuvent être considérés comme les seuls privilégiés de la population insulaire. Mais on vous rassure : le coût de certains biens de nécessité primaire est tellement élevé, que eux aussi ils galèrent. Tout le monde essayera de vous arnaquer, de vous tirer de l'argent en échange de simple cordialité, ou de vous faire payer plus que prévu. Mais ils le font simplement par nécessité. Ils ont un seul défaut, les Cubains : il y en a pas mal qui ne se rendent pas compte que nous aussi, les européens, en ce moment on ne roule pas sur l'or. Voici donc en exclusivité su meltyDiscovery cinq conseils clefs pour ne pas se faire arnaquer ! Et nous vous parlons par expérience.

1- Bien comprendre la différence entre Pesos et Pesos Convertibles

À Cuba, il y a deux monnaies courantes : la moneda nacional (ou pesos cubanos aussi appelé CUB) et les pesos convertibles (ou CUC). La première vaut presque rien (pour faire 1 CUC il faut 24 pesos cubanos) et est utilisée ou acceptée dans quelques kiosques, dans certains restaurants familiaux, dans les restaurants d'État et dans de rares bars. Les bus publics et les taxis collectifs (toujours si on vous accepte en tant que non Cubain) peuvent aussi être payés en moneda nacional. Tout ce que vous achèterez ou payerez avec cette monnaie vous coûtera très très peu. Vous avez le droit de l'utiliser même si on essayera de vous faire croire que non, il suffit de se renseigner sur les commerces qui l'acceptent et d'échanger des CUC pour des CUB aux bureaux de change CADECA. Le CUC équivaut à un dollar et vaut donc un peu moins d'un euro. Tout ce que vous payerez avec cette devise vous coûtera presque comme en France. Cela vous semblera beaucoup si vous pensez que le salaire moyen mensuel d'un cubain est de 13 euros. Mais attention : les cubains aussi payent la plupart de biens en CUC. Il ne pourront jamais, par exemple, payer l'essence en moneda nacional. En outre, pour pouvoir acheter leurs quotas de biens alimentaires en CUB, les cubains utilisent encore la carte de rationnement.

Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer - photo
Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer - photo
2 - L'union fait la force

Pour profiter de Cuba il faut éviter les voyages organisés (bien que moins chers). Il faut passer d'une casa particular à l'autre, d'une ville et d'une plage à l'autre, tout en utilisant les transports qui vous conviennent le plus : bus pour touristes (chers), camiones pour cubains, taxis, auto-stop, voitures partagés... Mais pour bien se défendre des arnaques il faut parler le plus possible avec les autres touristes. D'ailleurs, si vous voyagez en basse saison (l'été), vous allez recroiser toujours les mêmes étrangers dans des destinations différentes. Demandez donc à ceux qui ont déjà été dans vos prochainess destinations : Combien devrait coûter l'excursion à cheval ? Et l'entrée dans le parc ? Et les casas particulares ? Vous en avez une à me recommander ? Très souvent, les conseils des touristes sont meilleurs que ceux des Cubains, parce que désintéressés. Les locaux, en revanche, ont tout un système de commissions qui les amènent à recommander une casa dans une autre ville, plutôt qu'un guide touristique ou une excursion.

Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer
3- Demandez toujours les prix à l'avance

En Afrique du nord le marchandage est culturel. A Cuba il est nécessaire. Mettez donc de coté vos habitudes occidentales et demandez toujours le prix à l'avance. Quand votre chauffeur ou votre guide vous vend du rêve à propos du jus de fruit qu'il va vous faire goûter, sachez que le prix sera bien élevé, lui il ne payera pas le sien et son business avec le-dit bar ou restaurant continuera à lui profiter. Avec les taxis, quel que soit le prix que vous avez l'intention de payer, n'attendez jamais qu'on vous communique le prix à la fin de la course. Quand vous arrêtez le taxi tenez l'argent dans la main, vous dites votre prix, vous négociez et ensuite vous payez dès que vous entrez dans la voiture. Quelques prix : pas plus de 20 CUC pour une excursion à cheval dans la délicieuse vallée de Vinales (on pourrait tranquillement vous demander le double) ; 15 pour une excursion à cheval aux alentours de Trinidad ; 20 CUC par nuit pour une bonne chambre en casa particular pendant l'été ; 10 CUB (moins de 50 centimes d'euros ! ) pour une course en taxi collectif à La Havane ; 50 centimes de CUC pour un refresco (boisson gazeuse).

4 - Le code barre !

A Cuba on a du mal à comprendre où il vaut mieux acheter de l'eau ou quelque chose à grignoter. Le mieux c'est la chaîne nationale Rapido (il n'existe que des chaînes nationales et donc publiques dans ce pays socialiste où l'économie est en chute libre depuis les années 60). Chez Rapido tous les prix sont affichés et c'est chose rare. Méfiez-vous des surfaces créées exprès pour les touristes, où on pourrait vous faire payer des produits le double du prix du marché. Mais il y a une astuce pour se défendre : quand vous achetez de l'eau, demandez de faire scanner le code barre de la bouteille, vous aurez le prix correcte ! Ce discours peut s'élargir à tout bien de consommation acheté dans une surface.

Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer
Tourisme à Cuba: 5 conseils pour ne pas se faire arnaquer
5- Ne dites jamais que vous venez d'arriver !

Les Cubains, parfois sans intérêt, la plupart du temps dans l'intention de vous demander des sous, essayeront tout le temps de devenir vos amis. C'est plutôt agréable, parce que c'est un peuple pacifique et ces gens ont un grand cœur. Mais avant de penser qu'ils veulent seulement votre argent et rien d'autre, soyez préparés. La stratégie de celui qui veut quelque chose commence par une question : "Depuis combien de temps vous êtes à Cuba ?". Si vous venez d'arriver et que vous dites la vérité, vous serez bien manipulés. Ils vont devenir vos guides dans un endroit spécifique, en essayant de tout vous montrer sans vous laisser la liberté de faire votre tour comme vous le souhaitez. Il peut vous arriver de leur payer des verres au prix double et de ne plus savoir comment vous libérer de leur compagnie. Seul échappatoire : leur donner des sous. Attention, plus votre arrivée à Cuba est récente, plus la somme demandée sera élevée. Évitez ce genre de situation surtout dans le quartier de Habana Centro dans la capitale.

Source : Nicola Accardo - Twitter @nicola_accardo