Requins, un record d’attaques répertoriées en 2015

Ecrit par

L’année 2015 a enregistré un nouveau record d'attaques de requins. meltyDiscovery vous explique pourquoi elles ont été si nombreuses.

L’année 2015 ne détient pas uniquement des records de chaleur. Comme nous l’apprend le Muséum d’Histoire Naturelle de Floride, le nombre d’attaques de requins n’a jamais été aussi fort que l’année précédente avec un total de 98 dans le monde. Elles ont cependant été moins meurtrières qu’en 2000. En 2015, 6 d'entre elles ont coûté la vie à des personnes se trouvant dans ou sur l’eau. Les scientifiques parlent d’attaques “non provoquées”, c’est-à-dire perpétrées par des squales alors qu’ils étaient dans leur environnement naturel et sans provocation de la part des humains. Selon ces chercheurs, on peut parler d'attaque "provoquée" quand, par exemple, un plongeur cherche le contact avec un requin avant de se faire mordre. En 2015, celles-ci ont été au nombre de 66. Pourtant, les dispositifs visant à améliorer la protection des nageurs sont de plus en plus nombreux à apparaître dans les zones les plus fréquentées par les squales. À la Réunion, des filets anti-requins ont notamment été installés le long de certaines plages.

Comment expliquer que le nombre d’attaques continue d’augmenter malgré les systèmes de protection ? Selon le rapport du Muséum d'Histoire Naturelle de Floride, ces chiffres sont plutôt logiques. “Requins + humains = attaques. Notre population continuant à grossir rapidement et celle des requins à se reconstituer lentement, nous allons voir de plus en plus d’attaques”, a déclaré George Burgess, conservateur du musée. En clair, plus il y a de monde dans l’eau, plus le risque d’attaque accroît. Le réchauffement climatique est également un facteur. Les océans étant chauds de plus en plus tôt et sur une plus grande surface, nous partageons de plus en plus les mêmes eaux que les requins. Sur les 98 attaques “non provoquées” recensées en 2015, 30 ont eu lieu en Floride. Les principales victimes sont les surfeurs et pratiquants de sports de planche (49%) et les nageurs (42%). Pour éviter ces attaques, les chercheurs conseillent de ne pas se baigner au lever ou au coucher du soleil ni dans les zones fréquentées par les pêcheurs. Relativisons tout de même : en 2015, les araignées, les chiens et la foudre ont plus tué que les squales.  Respectez-vous toujours les mesures de sécurité installées sur les plages pour éviter ces attaques ?

Source : www.flmnh.ufl.edu