Cendrillon

Rencontre avec Guillaume Grange, dresseur d'animaux sur les films Cendrillon, Harry Potter...

Publié par
Jordann Naulet
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 3 min
No thumbnail

À l'occasion de la sortie de Cendrillon en DVD et Blu-Ray, le 26 août prochain, meltyDiscovery a eu la chance d'interviewer un des dresseurs d'animaux du tournage, Guillaume Grange.

Le film de Kenneth Branagh, Cendrillon, est d'ores et déjà considéré comme un succès à travers le monde. La sortie en DVD et Blu-Ray le 26 août prochain va donc, sans aucun doute, ravir un public nombreux. Coulisses, tournage, film en qualité Blu-Ray, vous allez enfin pouvoir profiter à 100 % du spectacle ! À cette occasion, meltyDiscovery a eu l'honneur d'interviewer une personne qui a contribué à part entière à la réussite du film, Guillaume Grange. Dresseur d'animaux depuis le tournage d'Harry Potter 4, où il s'est notamment occupé du dressage de la chouette blanche Hedwige, ce passionné de la faune est considéré comme un ténor de la discipline, en témoigne son carnet de route : Dracula, Star Wars, Game of Thrones, Dorian Grey… Un peu intimidé à l'idée de parler avec une personne de cette stature, meltyDiscovery a eu l'agréable surprise d'échanger avec quelqu'un d'avenant et d'extrêmement sympathique, au même titre que le responsable de Disney France, que nous avions interviewé il y a quelques mois. Vous vous demandez si Guillaume Grange aurait pu faire chevaucher un rhinocéros par un chat ? Chez meltyDiscovery, on en est convaincu !

Guillaume Grange et un de ses compagnons de route

Bonjour Guillaume ! Merci de nous accorder un peu de votre temps. Tout d'abord, comment êtes-vous devenu dresseur d'animaux ? Était-ce une passion, une vocation ou le fait du hasard ?

Bonjour à vous ! Et bien un jour j'ai eu la chance de travailler par hasard dans un spectacle français d'animaux et tout est parti de là. Après, ça a été un concours de circonstances.

Et comment en êtes-vous arrivé à travailler sur le tournage de la saga culte “Harry Potter” ?

Un jour un réalisateur recherchait un chien pour un film et il s'est avéré que le nôtre avait toutes les dispositions pour jouer la comédie. On m'a alors fait confiance et je me suis fait un carnet d'adresses. Après cela, on m'a appelé pour mon premier tournage en tant que dresseur, Harry Potter 4... Il faut avouer que j'ai eu beaucoup de chance.

La chance ça se provoque ! Pour en revenir au film Cendrillon, de combien d'animaux aviez-vous la charge ?

Cendrillon est un film où les animaux prennent une place importante, il y en avait pas mal. Du coup, mon équipe et moi on s'occupait surtout d'animaux de ferme, à savoir des oies, des souris, des chèvres et des poules. Pour faire simple, le principe de base était de leur apprendre à aller d'un point A à un point B. Il y avait aussi les appareils pour les effets spéciaux, avec lesquels les animaux devaient évoluer, c'était un challenge.

Combien de temps vous fallait-il pour dresser, disons, une poule ?

Tout dépend de chaque individu. Il y a des animaux qui apprennent plus vite que d'autres et inversement. Mais en général, pour leur apprendre à ne plus bouger et à avancer, il fallait environ 15 jours / 3 semaines. Après, si l'on voulait aller plus loin et leur inculquer plus de choses en lien avec le scénario du film, ça pouvait aller jusqu'à 3 mois.

Est-ce que vous avez une anecdote amusante par rapport au tournage ?

Oui j'en ai une ! Nous avions dressé un lièvre pour une scène et il avait pris l'habitude de “faire le beau”. Il n'arrêtait pas de faire des allées et venues sur le plateau et allait dire bonjour à tout le monde, c'était vraiment très amusant.

On imagine bien la scène. Et si vous deviez donner un mot pour caractériser votre profession, quel serait-il ?

Sans aucun doute, la patience. Le travail avec les animaux, c'est avant tout une relation, vous devez lire en eux. Chacun à son caractère, ses habitudes, ce sont des êtres vivants à part entière. Il y a donc une relation de confiance qui s'instaure, vous mangez avec eux, vous êtes toujours présents. Oui, je pense que la patience ça serait le mot.

Que conseilleriez-vous aux personnes qui souhaiteraient faire votre métier ?

D'avoir de la chance (rires) ! Non, plus sérieusement, c'est avant tout une passion quotidienne pour les animaux et ça doit vous habiter ! Et aussi, il faut savoir être disponible sur les tournages et très conciliant. Alors, si vous avez tout ça, vous avez une chance de faire votre petit bonhomme de chemin.

À lire aussi
Sexe chez les araignées, une pratique dangereuse ?
À lire aussi
Découvrez la limace la plus mignonne du monde ! (vidéo)
À lire aussi
Shark Week, comment mesurer un Méga Shark ?
À lire aussi
Un rare poisson à mains en voie de disparition ?
À lire aussi
Australie : Requin géant tué, les photos qui sèment le trouble 
Encore plus de contenus
Science

Ces photos de lieux abandonnés quelques années plus tard

En l’absence de l’action de l’homme, la nature reprend sa place. Seulement celle-ci doit faire avec les vestiges du passage de notre civilisation en passant des hôtels abandonnés aux lieux historiques. On pourrait se croire dans une scène de film de science-fiction mais non, ces clichés montrent comment certains édifices se sont dégradés sans l’action humaine.

Ces photos de lieux abandonnés quelques années plus tard
Animaux

Les animaux les plus moches du monde

On adore les animaux, TOUS les animaux. Mais il faut bien admettre que certains ont un pouvoir d'attraction inférieur à la moyenne dirons-nous. Alors non, ce n'est pas de leur faute, mais les animaux que vous allez découvrir ici sont quand même sacrément moches !

Les animaux les plus moches du monde
Rencontre avec Guillaume Grange, dresseur d'animaux sur les films Cendrillon, Harry Potter...
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible