Polynésie française, attaque de requin très rare sur des pêcheurs

Ecrit par

Les attaques de requins sur l'homme sont rares en Polynésie française. Un accident aussi grave ne s'était pas produit depuis longtemps.

Face aux attaques de requins, la Polynésie française était plutôt épargnée. Avec le record d'attaques de requins recensées en 2015, la situation ne pouvait qu'être provisoire. L'accident s'est produit lundi 18 avril 2016, au large de l'archipel des Tuamotu. Deux Polynésiens pêchaient au fusil-harpon dans la passe récifale de Makemo lorsqu'ils ont été attaqués par un requin gris des récifs (Carcharhinus amblyrhynchos) d'environ trois mètres. L'animal a sévèrement mordu l'un des plongeur au mollet, puis au poignet droit. L'autre pêcheur, âgé de 22 ans, n'a été que légèrement blessé. Il a pu remonter dans sa barque et ramener son collègue sur la plage, à 500 mètres de l'accident. Le blessé a été évacué par avion vers l'hôpital de Tahiti. Ce genre d'accident grave est étonnement rare en Polynésie française, où l'homme et le requin se croisent souvent.

Dans les atolls du Pacifique, les pêcheurs ont l'habitude de plonger au milieu des requins à pointes noires, des requins gris des récifs et autres requins citrons. Quand vous pêchez au harpon, il est toutefois recommandé de ne pas attacher votre prise à la ceinture. Si le sang rend les squales nerveux, les pêcheurs se contentent d'habitude de sortir de l'eau sans encombre. Même les touristes plongent sans problème pour observer le requin marteau et le requin-tigre, deux espèces parmi les plus dangereuses au monde. Dormir au milieu d'un bassin à requin comme à l'aquarium de Paris n'effraie pas grand'monde. Les raisons d'une coexistence si harmonieuse ? La faible présence des requins bouledogue, une espèce responsable de la plupart des attaques de requin sur l'être humain. L'accident de Makemo nous rappelle que tous les requins restent de redoutables prédateurs des mers. Oseriez-vous plonger parmi les requins ?

Source : Polynésie Première