NASA : Mars, une mission pour les femmes ?

Ecrit par

Alors que des astronautes de la NASA s'entraînent depuis plusieurs mois pour partir en mission sur Mars, il semblerait que les femmes soient plus aptes à s’aventurer sur la planète rouge. meltyDiscovery vous explique

Alors qu’un astronaute a vu passer des lumières dans Les dossiers de la NASA, d’autres professionnels de l’espace s’entraînaient pour une future mission sur Mars. En effet, six membres de la NASA se sont enfermés dans une station présente sur le volcan Hawaïen Mauna Kea pour la mission HI-SEAS. Le but était, en fait, de créer des conditions similaires à la vie sur Mars. De cette manière, nous pouvons en apprendre plus sur les équipements indispensables, les quantités à prévoir, etc. Car, même s’il n’est pas encore possible pour l’Homme d’aller vivre sur Mars, la NASA compte bien y envoyer quelques astronautes un jour ou l’autre. Et, d’après Karen Greene, l’une des participantes de la mission HI-SEAS, il serait préférable pour l’agence d’y envoyer des femmes.

NASA : Mars, une mission pour les femmes ?

La jeune femme a expliqué, dans un rapport publié dans Slate que les hommes mangeaient plus que les femmes et avaient plus de mal à garder leur poids stable. Elle explique que lorsque les femmes mangeaient une ration par repas, les hommes avaient tendance à rajouter un peu plus de nourritures dans leurs assiettes. Brûlant 3000 calories par jour contre 2000 pour les femmes, ils avaient faim plus facilement. De plus, avec le même temps d’exercice par jour, les hommes avaient plus de mal à garder leur poids de départ, ce qui n’était pas le cas des femmes. Qui dit plus de nourriture, dit une réserve de nourriture plus importante. Et qui dit une réserve plus importante, dit plus de puissance pour faire décoller la fuser et donc plus d’argent. Mais, fort heureusement, le poids de la fusée n’est pas le seul critère pris en compte lors du choix des passagers. En attendant le jour où nous marcherons sur Mars, ne ratez pas la pluie de météores Orionides annuelle. Êtes-vous d’accord avec Karen Greene ?

Source : Slate