Islande, les baleines en danger ne seront pas pêchées cet été

Ecrit par

Les restaurants japonais devront changer leur menu. La société Hvalur renonce à sa campagne annuelle de chasse à la baleine durant l'été 2016.

La viande de baleine sera-t-elle bientôt déclarée impropre à la consommation ? Ce serait une bonne nouvelle pour les 20 000 rorquals communs (Balaenoptera physalus) qui vivent dans l'océan Atlantique. Depuis le moratoire de 1987, la chasse à la baleine reste une activité controversée. Seuls l'Islande et la Norvège chassent ces animaux à échelle industrielle pour les consommer. La majorité de leur pêche est écoulée sur le marché japonais. Depuis quelques mois, rien ne va plus entre les autorités sanitaires nippones et les pêcheurs islandais. La pollution des océans, qui frappe toute la chaîne alimentaire, a eu des conséquences inattendues. 90% des oiseaux marins avec du plastique dans l'estomac ne sont pas les seules victimes. Les grands animaux marins stockent aussi les polluants industriels dans leurs graisses. Le Japon a mis en place des contrôles sanitaires drastiques.

En 2015, la Norvège avait rencontré des problèmes similaires avec les autorités japonaises. Hvalur est l'unique entreprise qui pratique la pêche à la baleine en Islande. Son directeur Kristjan Loftsson a fait état "d'obstacles sans fin". L'entreprise a donc renoncé à sa campagne estivale de chasse à la baleine en 2016. Les associations écologistes se réjouissent. "C'est évidemment une bonne nouvelle. Les chasseurs tuent de plus en plus de rorquals. Ils exportent des centaines de tonnes de viande vers le Japon" a déclaré Clare Perry, responsable du programme océan de l'association londonienne Environmental Investigation Agency. Les dauphins ne sont pas les seuls qui menacent les baleines. Le répit risque toutefois d'être de courte durée. Entre 2011 et 2013, Hvalur avait déjà interrompu la chasse... avant de recommencer. "Il pourrait s'agir d'une façon de faire pression sur le Japon" estime Clare Perry. Pensez-vous que cette mesure protégera les baleines ?

Source : National Geographic