États-Unis, elle danse avec 10 000 abeilles sur le torse (Vidéo)

Ecrit par

Cette femme danse avec près de 10 000 abeilles sur le torse pour aider les gens à être en harmonie avec la nature.

L'histoire a déjà un peu circulé sur la Toile, mais nous voulions tout de même en parler, car cette américaine de 45 ans va vous surprendre. Originaire de l’Oregon, USA, Sara Mapelli a une façon bien à elle d’encourager les gens à surmonter leurs peurs et à ne faire qu’un avec la nature : elle danse avec des abeilles. Celles-ci recouvrent son torse et son cou le temps d’un moment privilégié et harmonieux pendant lequel Sara Mapelli se met doucement à danser. C’est à National Geographic qu’elle a récemment accordé une interview, expliquant sa démarche et le but de celle-ci. Dans cette entrevue, celle qui s’auto-proclame “Bee Queen” raconte avoir choisi les abeilles (qui n'ont plus de secrets pour nous) pour leur manière de fonctionner : “En m’intéressant de plus près aux abeilles, j’ai réalisé que leur monde entier est basé sur la notion de communauté. Chacune a un rôle différent de l’autre qu’elles échangent régulièrement afin de toutes s’entraider. Cette inter-connectivité, cette idée que si vous enlevez un élément du groupe, celui-ci est incomplet et ne peut plus fonctionner correctement, c’est une partie du message que je veux partager”.

En se recouvrant de phéromones, elle attire des milliers d’abeilles sur sa poitrine nue et se sent en communion avec la nature. Certains craignent qu’elles les approchent, Sara Mapelli, elle, ressent un bien-être : “Je les écoute et les sens pendant ma danse. On travaille ensemble, c’est un vrai duo improvisé”. Être recouvert d’une bonne dizaine de milliers d’abeilles n’est pas la chose la plus confortable qui soit. Ça gratte, c’est un peu douloureux, ça donne chaud, mais cela force la méditation : “L’inconfort est important pour moi parce que cela me rappelle de vivre dans le moment présent, de rester concentrée et de les écouter”. Les piqûres, il y en a, mais Sara Mapelli considère qu’elles la soignent (on se souvient de cet homme qui avait survécu à 1000 piqûres). Son désir est de faire prendre conscience aux gens qu’ils n’ont pas à avoir peur de la nature, et son message semble bien passer : “Quand je me suis approchée d’un de mes clients pendant la danse, il a été surpris et s’est reculé. Puis il a souri quand il s’est rendu compte qu’il était en sécurité. C’était comme voir quelqu’un se transformer”. Queen Bee, c’est elle. Que pensez-vous de l'initiative de cette américaine ?

Source : National Geographic