Chine, un homme d'il y a 120 000 ans découvert dans une grotte

Ecrit par

Un Homo Sapiens d’il y a entre 80 000 et 120 000 ans a été découvert en Chine. Et croyez-le ou non, cette découverte a des conséquences importantes pour le monde scientifique.

Vous l’aurez compris, une équipe de scientifiques chinois ont déterré 47 dents dans la grotte Fuyan dans le Sud de la Chine. Certes, les découvertes concernant nos ancêtres ne sont pas rares. On en apprends toujours un peu plus, comme leur fascination pour les barbecues d’intérieur. Mais cette fois, cet Homo Sapiens pourrait bien remettre nos hypothèses en question. Pour info et pour faire simple, il y a 45 000 ans, les Homo Sapiens (nos ancêtres) sont arrivés en méditerranée et c’est à ce moment-là que les Hommes de Néandertal ont commencé à disparaître nous laissant leur place. Mais lorsqu’il s’agit de savoir d’où viennent les Homo Sapiens, tout se complique. Nous savons que certains peuples étaient présents très tôt en Afrique. Mais nous ne savons pas comment ils se sont déplacés.

Chine, un homme d'il y a 120 000 ans découvert dans une grotte

Deux théories ont alors vu le jour, même si la première est favorisée par les spécialistes. Il y a l’hypothèse “Out of Africa” qui suggère que les Homo Sapiens viennent d’Afrique et celle appelée “Out of Asia” qui explique qu’ils viennent d’Asie. La découverte de ces dents datant d’entre 80 000 et 120 000 ans appartiennent à un Homo Sapiens moderne, à en croire l’étude publiée dans Journal Nature. Il serait l’un des plus vieux Homo Sapiens ce qui veut dire que ces derniers étaient en Asie bien avant de se retrouver en Méditérannée. Que s’est-il alors passé ? Les Homo Sapiens se sont-ils d’abord dirigés vers l’Asie avant de partir pour la Méditérannée ? Viennent-ils en fait d’Asie ? Pourquoi ont-ils mis autant de temps à arriver en Méditérannée s’ils avaient déjà commencé à se déplacer il y a plus de 80 000 ans ? Il va encore nous falloir du temps pour comprendre d’où nous venons. Quelle théorie est la bonne, selon vous ?

Source : Journal Nature