Argentine, Découverte d'un fossile de tatou géant préhistorique !

Ecrit par

Le fossile a été découvert suite à un affaissement de terrain au bord d'un cours d'eau. Le promeneur a d'abord cru qu'il s'agissait d'un œuf de dinosaure.

Un mouvement de terrain lié aux pluies abondantes est sans doute à l'origine de la découverte. Le 25 décembre 2015, Jose Antonio Nievas se promenait en famille près de sa ferme à Carlos Spegazzini. Cette petite ville se trouve à 40 kilomètres environ au Sud de Buenos Aires (capitale de l'Argentine). Dans une excavation boueuse au bord d'un cours d'eau, l'homme a découvert un fossile de glyptodon. Il s'agit d'une espèce disparue de tatou géant préhistorique. Une rencontre plus surprenante encore que celle de ces randonneurs avec ce tatou rose. L'animal vivait en Amérique du Sud pendant la période du Pléistocène, entre 2,8 millions d'années et 11 700 avant notre ère. Le glyptodon était un herbivore qui habitait la savane. Sa disparition est concomitante de l'arrivée de l'homme sur le continent, même s'il n'y a pas de lien de cause à effet entre les deux événements. "Mon mari est revenu à la voiture, et en arrivant il m'a dit 'je viens de trouver un œuf de dinosaure'. Nous avons tous ri parce que nous avons cru à une blague" a déclaré son épouse Reina Coronel.

L'erreur de Jose Antonio Nievase est compréhensible. Le fossile découvert était couvert de boue et s'enfonçait à nouveau dans le sol à cause de son poids. "Il n'y a aucun doute qu'il s'agisse d'un glyptodon. Cet animal s'est éteint il y a des milliers d'années, mais ce n'est pas rare de retrouver son fossile dans cette région" a déclaré le paléontologue Alejandro Kramarz, du Musée des Sciences Naturelles Bernadino Rivadavia à Buenos Aires. Le glyptodon mesurait environ 3 mètres de long, pour un poids moyen de 1,4 tonnes. Ce tatou géant disposait d'une cuirasse dorsale en forme de coupole, constituée d'ossifications polygonales de sa peau. Sa cuirasse caudale se composait d'anneaux mobiles complètement séparés. Cette protection puissante n'était pourtant pas infaillible, car son cou restait exposé. Le glyptodon était communément la proie de carnassiers comme les jaguars. Le tatou moderne possède, lui, une carapace qui va du front à la queue et les plus gros spécimens n'excèdent pas 55 kilos. Avez-vous déjà vu un tatou ?

Source : discovery.com