Blue Origin, Jess Bezos veut coloniser l’espace...pour sauver la Terre

Jeff Bezos veut sauver la Terre depuis l'espace !
Ecrit par

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon.com et de Blue Origin, estime que pour sauver la Terre, il faut envoyer nos usines dans l’espace. On vous en dit plus !

Il y a ceux qui ne rêvent que de quitter la Terre pour coloniser Mars et ceux qui veulent se servir de l’espace pour sauver notre planète. Contrairement à Elon Musk, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon.com et Blue Origin, ne veut pas envoyer des Hommes sur Mars d’ici 2024. En fait, il pense qu’il faudrait faire de l’univers une vaste zone industrielle. C’est ce qu’il a déclaré lors d’une conférence de presse organisée le 31 mai dernier par le site Recode. Selon lui, il faudrait délocaliser les usines tout là-haut pour protéger l’environnement. “Je vous assure, nous avons la meilleure planète. Nous devons la protéger et le meilleur moyen de le faire est d’aller dans l’espace”, a-t-il affirmé.

“L’énergie est limitée ici et d’ici quelques centaines d’années, nous serons obligés de délocaliser toute notre industrie lourde hors de notre planète. Nous ne devrions pas consommer d’aussi grandes quantités d’énergie pour produire sur Terre. Nous pouvons construire d’immenses usines de puces électroniques dans l’espace”, a-t-il expliqué. Selon Jeff Bezos, qui veut commercialiser des vols à bord de sa fusée New Shepard dès 2018, ces entreprises spatiales pourraient fonctionner à l’énergie solaire. Cette proposition un peu (beaucoup) insolite ne dénigre pas l’envie qu’ont certains de poser les pieds sur Mars pour autant. D’ailleurs, il pense qu’elles devraient être dans l’espace et non sur la planète rouge. Le patron de Blue Origin semble juste chercher des solutions pour sauver notre belle planète qui est, ne l’oublions pas, la seule qui soit assez cool pour tous nous abriter. Mais on n'est pas tout à fait convaincus par l'idée de rajouter encore plus de choses en orbite autour de notre tête. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Source : BFMTV - Crédit : Wikimedia, Mars One